« La confrérie poursuit sa croisade, celle de vivre avec une chope à la main.
A tous les buveurs d'eau, redresseurs de tort, moralisateurs à excès, nous leur disons :

Foutez-nous la Paix [...]

Veulent-ils fermer tous les bistrots, pour que cachés comme des pestiférés, nous nous retrouvions seuls, en face d'une télé sans joie, une cannette chaude entre les mains, à se rappeler le bon vieux temps des chapitres de la confrérie ? »

Notre regretté grand maitre
Philippe Gourmet